Les 70 ans de la libération de Semur-en-Auxois



Monsieur le Président,
Messieurs les porte-drapeaux,
 
9 septembre 1944 - 9 septembre 2014 = 70 ans.

Il  y a 70 ans jour pour jour Semur était libéré ! Le vent de la liberté soufflait à nouveau sur notre commune, après 4 ans d’occupation. Une telle commémoration ne peut que nous réunir, nous réunir tous.

Et je voudrais placer cette cérémonie sous le signe du souvenir, de la mémoire et de l’union dans le souvenir de cette libération.
Les villes de France et de notre région ont été libérées petit à petit, les unes après les autres. Les actions des résistants étaient de plus en plus fortes en vue de fragiliser l’organisation des troupes occupantes. Corollaire de cela, les actes de l’occupant de plus en plus durs : arrestations, tortures, massacres… Je pense bien sûr à la pendaison de Martial Lebois, à Christiane Perceret, au massacre de Lantilly,  à Henri Camp ou encore aux deux piles du viaduc qui ont été détruites….
Autour de Semur les résistants s’organisent dans les maquis et trouvent refuge dans les bois, à Genay, sur le Montdrejet, par exemple, souhaitant que la population civile soit préservée au maximum.

La commémoration d’aujourd’hui est l’occasion de marquer notre respect et notre admiration pour tous ceux qui ont combattu pour restaurer la paix. Notre admiration et notre respect pour tous ceux qui sont entrés en résistance, parfois au péril de leur vie, notre admiration et notre respect pour ceux qui sont restés marqués à tout jamais par les horreurs et les dangers de cette guerre, singulièrement de la fin de la guerre.
Je veux ici redire tout ce que nous devons à tous ceux qui se sont engagés, souvent très jeunes pour faire triompher la liberté. Ils sont entrés en résistance dit-on … l’expression en dit long (comme au couvent).
La résistance c’était une formidable solidarité, une fraternité qui a rapproché tous ceux qui souhaitaient faire triompher la paix. La résistance c’est aussi  un réseau ; un réseau  qui a peu à peu couvert notre pays, dans une fraternité qui unissaient tous ceux qui voulaient s’engager et qui n’ont pas hésité à le faire. Nous leur devons tellement !
Admiration, respect  et souvenir pour tout ce courage. Souvent je me dis : « Et nous qu’aurions-nous fait ? »

Aujourd’hui, je voudrais rendre un hommage tout particulier aux maquis et à ceux qui, dans les maquis, dans l’ombre ont agi. Un hommage à tous ceux qui ont vécu des drames et des événements traumatisants : le maquis Verneuil, le maquis Bourgogne, le maquis Bayard, le maquis Bernard et d’autres encore…
Notre terre de l’Auxois autour de Semur et au-delà, vers le Morvan a été une importante terre de résistance. Nous devons nous en souvenir. C’est notre histoire !
Ces maquis ont attiré de nombreux jeunes, parfois très jeunes…
Le maquis Verneuil dirigé par Jean Chapelle qui n’avait que 18 ans (et le Maréchal de Lattre remarquera sa jeunesse) et s’est rapidement  couvert de galons. Il libérera Avallon, Auxerre, Chablis, Tonnerre et arrivera à Semur quand les Allemands seront partis, après avoir fait la jonction avec l’armée de Lattre le 8 septembre. Du coté allemand, c’était à Semur, la  déroute la plus totale…..
Puis il entrera triomphalement à Dijon le 11 septembre. 
Le maquis Bourgogne a joué un rôle très important que je veux saluer ici, un des plus gros maquis de France (2ème ou 3ème dit-on ?), fondé et dirigé par  Henri Camp, résistant de la 1ère heure qui a centralisé tous les mouvements de la résistance autour de lui. Il a inscrit à son actif par exemple de nombreux actes de sabotage et de transports d’armes effectués dans des conditions dangereuses.  Il disparaitra malheureusement avant la libération. Cet homme jouera un rôle déterminant dans la résistance, et dans son organisation.  Nous devons nous en souvenir, sur un vaste territoire, entre Avallon, Saulieu et Semur.  Il fut l’âme de la résistance dans la région de Semur.

Nous ne devons pas oublier et nous ne devons pas nous diviser mais au contraire nous unir dans ce souvenir. Chacun a participé même avec des positionnements et des engagements différents à la victoire. Le courage de chacun a permis  de faire revenir la liberté dans notre pays, pour nous tous. N’est-ce pas cela le principal ? C’est ce que chacun voulait, pourquoi dés lors se déchirer ?

Nous ne devons pas oublier ce devoir de mémoire, c’est le notre et je souhaite que celle-ci soit toujours vivante pour nous, pour que nous gardions à l’esprit ces évènements, pour que cette histoire reste présente. La guerre ce n’est pas seulement des ignominies lointaines, c’était aussi chez nous, tout près, nos enfants, et aussi pour nos héros  connus ou de l’ombre.

J’aimerais que l’on commémore la libération de Semur en dehors de toute polémique, une polémique qui ne nous grandit pas !  Qui n’est pas digne de la mémoire et du respect que nous devons à nos anciens.
Je propose de baptiser une rue ou mieux encore un square des maquis, réunissant au-delà de leurs différences tous ceux qui ont combattu dans les maquis, avec le même objectif, confrontés au même danger et aux mêmes tragédies. Nous y installerons un ou plusieurs panneaux d’interprétation rappelant l’histoire de ces maquis et leurs rôles. Ce sera en même temps un lieu de souvenir et un espace pédagogique. C’est ce que je proposerai au Conseil municipal et souhaite que cela se concrétise d’ici la fin de l’année.

Nous ne devons pas oublier et  nous sommes ici, à Semur, très engagés dans ce devoir de mémoire :
  • le film réalisé par les élèves du collège Christiane Perceret, « Yoli » est tout simplement extraordinaire et émouvant, nous faisant vivre ces moments-là, on s’y croirait…
  • Les élèves du collège ont obtenu un prix national, avec ce film et aussi le 1er prix départemental du concours de la résistance avec le journal « le petit semurois libéré »
  • Le Musée organise une exposition à laquelle je vous invite. L’inauguration aura lieu le 18 septembre à 18h et sera ouverte jusqu’au 6 mars 2015.
Le Pays que je préside, dans le cadre du Pays d’art et d’histoire, a lui aussi engagé tout un travail sur la résistance qui donnera lieu à des conférences et des visites guidées : une visite retraçant la vie du maquis Bertrand par une visite « promenons nous dans les bois à la rencontre du maquis Bertrand », l’affaire Werner à Jailly les Moulins, sur les pas d’Henri Camp à Lantilly ou encore une conférence sur le cheval de trait dans nos campagnes pendant la guerre, gendarmes et maquisards de l’Auxois et du Morvan et encore d’autres ….

Nous ne devons pas oublier ! Dans le monde où nous vivons nous devons être très vigilants par rapport à ce qui se passe dans le monde : en Irak, à Gaza, et dans plusieurs régions du monde. 
Célébrons ensemble la bravoure et le courage de ceux qui ont tout donné pour nous, pour la liberté retrouvée.
 
Le Maire, Catherine Sadon
 
 
 
 
 



     

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter








Inscription à la newsletter




L'urbanisme à Semur-en-Auxois

Le service urbanisme est là pour vous guider et vous orienter dans toutes vos démarches.
Si vous souhaitez faire construire, agrandir ou modifier votre commerce ou votre propriété, n’oubliez pas que vous êtes soumis à un certain nombre de règles et de devoirs.

L'urbanisme à Semur-en-Auxois

Vous trouverez les règlements et les démarches à suivre dans la rubrique "infos pratiques".

Pour vous aider, Stella Gally, chargée du service urbanisme vous accueille tous les jours du lundi au vendredi, de 9h à 12 heures et de 13h30 à 17h30.

Tél : 03 80 97 42 57
Mail : urbanisme@ville-semur-en-auxois.fr

 


Fermeture exceptionnelle du Musée. Réouverture prévisionnelle fin octobre 2017.

Fermeture exceptionnelle du Musée. Réouverture prévisionnelle fin octobre 2017.

Jusqu’en octobre 2017 (date prévisionnelle), le musée sera fermé au public pour travaux de mise aux normes incendie. 

L'occasion de réaliser quelques travaux de peinture et pour l’équipe du musée de travailler sur ses collections et sur la programmation d’exposition 2017-2018.














Galerie