Les fêtes médiévales du Roi Chaussé

« Les citoiens de Semur sont gens paisibles, doux et débonnaires, et qui se plaisent fort en l’acointance des estrangers… »

Telle est la devise de la ville et c’est une tradition, chaque année on fait la fête en mai. Le cœur historique se prépare à recevoir ses visiteurs, à les transporter le temps d’un weekend dans la féérie et la richesse du monde médiéval.



Les fêtes médiévales du Roi Chaussé
Semur-en-Auxois, dans le méandre de la rivière Armançon, solidement arrimée sur son promontoire de granit aux flancs escarpés, a su préserver un riche patrimoine : remparts, donjon, église gothique XIIIe, maisons à colombages, ponts. Objet de convoitise, la vénérable cité des ducs de Bourgogne a subi quelques sièges ravageurs. Elle s’est toujours relevée de ces outrages et a su maintenir ses traditions de fêtes joyeuses et truculentes, sans doute hymne à la vie toujours renaissante.

Chaque Semurois est un acteur, la ville son grand théâtre ! Cette année, Blaise sera mis à l’honneur tout comme dans la verrière des métiers (XVe siècle) à l’église Notre-Dame. En ces temps, la corporation des drapiers Semurois est très influente car l’artisanat du drap de laine d’Auxois est prospère. De la cité haute, place du Vieux-Marché jusqu’aux bords de la rivière, sur le chemin des Foulons, les artisans du drap ont exercé leurs multiples activités.

Blaise le drapier ne nous fera pas oublier Blaise, le confident et scribe de Merlin. Et voici venir l’évocation de l’homme sauvage, des fêtes des Fous, des jongleurs et bateleurs, des carnavals, des « Mai » au cours desquels on célèbre la fin de l’hiver et le retour de la nouvelle année.

« La fête à Blaise » se veut tout cela. Elle sera donc une fête haute en couleurs, dans l’ordre et le désordre médiéval, mêlant les genres :

  • Farces, théâtre burlesque, musiques et danses, chevalerie, archers, jeux du Moyen Age, marché d’artisans, tavernes, campements de vie quotidienne, reconstitution de métiers, village des Gueux, défilé-parade costumé, concerts en l’église Notre-Dame...

Samedi 28 mai, de 14h à 22h et dimanche 29 mai, de 10 à 19h.
Entrée libre et gratuite.
Infos pratiques :
Fêtes médiévales du Roi Chaussé à Semur-en-Auxois – 28-29 mai 2011
De Paris : 1h en TGV et 2h30 en voiture, autoroute A6, sortie Bierre-les-Semur.

Souvenir de la 10e édition des fêtes médiévales. Réalisation : Grand Circus Prods (www.grandcircusprods.com)


L’église Notre-Dame et le vitrail des Drapiers

Les fêtes médiévales du Roi Chaussé
C’est à partir de 1225 que commence la construction de l’église Notre-Dame. Véritable cathédrale miniature, sa très riche iconographie, en fait une vivante encyclopédie médiévale, inépuisable source d’inspiration pour les animations patrimoniales.

La corporation des Drapiers y possède une chapelle fondée en 1389 ; sans doute est-elle commanditaire de sa propre représentation dans le vitrail réalisé vers 1460 dont les huit éléments retracent la fabrication du drap.

Saint Blaise, patron des métiers du textile et de la confection, ainsi que des métiers du vent, du souffle, de la voix. Blaise est représenté ici, la navette en main droite.

La tonte : Deux hommes occupés à tondre ou à trier et ranger les fils
Le peignage : travail de la laine brute, la débarrasse des débris végétaux et organiques

Filage, teinture : les fils sont disposés dans un tambour à livrer chez les fileuses à domicile
Tissage : deux tissiers (ou tixiers, filiers) communément tisserands

Foulage : habituellement nu, le fouleur dans son foulon
Lainage : pour rendre l’étoffe régulière, traitement au moyen de la laineuse à cardères

Tonte rasage : le tondeur-raseur rase la surface de l’étoffe, lui donne un aspect velouté en égalisant la hauteur du poil de la laine
Frisage–finissage : l’un des aspects les plus fins, les plus subtils de l’artisanat drapier.

Les animations

Les Mercatores

Tout est bon à vendre : fil, aiguilles, rubans, tissus, bijoux, colifichets, graines, simples, tisanes… Les colporteurs, surnommés pieds poudreux, circulent aux côtés des artisans les plus divers ; accompagnant pèlerins, musiciens, conteurs et autres saltimbanques, tous se retrouvent pour la nuit dans une grange à foin, dans une auberge ou simplement sous un arbre. Ils colportent non seulement des objets mais aussi des nouvelles, des récits, des histoires.
Après avoir parcouru l’Europe, ils nous viennent du Puy-en-Velay, alors les chemins de pèlerinage vers Compostelle, ils connaissent. Roublards et bonimenteurs, ils parcourent les routes en quête d’aventures et de clients aux poches bien remplies ! Avec pour tout bagage leur bric à brac multicolore, leurs langues bien pendues et un appétit de vivre démesuré, ils écument en chantant, les villes et les villages de moult royaumes !
Cie Alauda /les Mercatores

Les jongleurs et saltimbanques

Le jongleur est un personnage multiple : musicien, poète, acteur, saltimbanque. Vagabond sur les routes il donne des représentations dans les villages ; tour à tour vielleur, charlatan, auteur et acteur des « jeux » qui se jouent aux jours de fête, à la sortie de l’église, il fait aussi « caroler » les jeunes gens et quand il le faut, sonne de la trompe. De ces multiples talents, il sait aussi improviser et devenir jongleur histrion.
Ces saltimbanques venus du midi, comme aux temps jadis, se posteront sur le parvis de Notre-Dame pour réjouir le visiteur, l’émerveiller et le faire rêver.
La Petite Flambe

Les Catapultes burlesques

Dans le tonnerre et la fumée, trois fiers guerriers partent à l’assaut de notre forteresse réputée imprenable. Ils ont mis au point une machine infernale, à la fois catapulte, trébuchet et bélier.
Rien ni personne ne peut les contraindre à rendre les armes, sinon…
Ils s’apprêtent à faire feu quand tout à coup, la situation leur échappe et se retourne contre eux. Pour les trois héros, la lutte est désormais implacable dans leur propre camp : y a-t-il un traitre ? Les passants sont-ils amis ou ennemis ? A qui faire confiance ?
Voici la création contemporaine délirante d’une vraie farce qui aurait bien amusé les vilains il y a quelques siècles !
Créalid

Sœur Marie de la Sainte Fiole

Célèbre depuis le Moyen Age, Hildegarde de Bingen, nonne médecin au XIIe siècle, a laissé de nombreux écrits sur sa médecine, sur sa conception de l’univers. Elle a même échangé des correspondances avec Bernard de Clairvaux.
D’une manière ludique, sœur Marie, qui ne vend rien, fait découvrir les recettes d’une médecine dont les remèdes : plantes, élixirs, breuvages, onguents surtout cristaux et pierres nous étonnent. Cette médecine est de plus en plus réutilisée en phytothérapie, lithothérapie.
Comment va-t-elle commercer avec les Mercatores, précédés par leur réputation de forts en gueule ?
ARPAC

Les jeux au Moyen Age

D’origine lointaine, les jeux sont une source d’apprentissage, d’évolution et d’éducation grâce à leurs règles.
" Le 3 avril 1369, le roi Charles V promulgue une ordonnance qui interdit aux sujets de son royaume la pratique de tous les jeux : dés, tables, jeu de paume, quilles, palets, soule et billes. De fait, tous les jeux « qui n’ont pas d’utilité pour exercer nos dits sujets au maniement des armes » sont visés. Pour se divertir, ils doivent s’adonner exclusivement au tir à l’arc ou à l’arbalète, sous peine d’amende.
Cette ordonnance serait-elle une lointaine incitation faite aux édiles semurois à créer la course des Chausses ? Pas d’interdiction de nos jours pour pratiquer 25 jeux d’adresse, de table, ou de réflexion dont le très ancien jeu de la Grenouille ou jeu du Tonneau : les joueurs devaient lancer de la menue monnaie sur le tonneau percé de plusieurs trous. Celui qui visait juste remportait la mise.
Cie des Jeux d’Oc

Les Archers

L'arc au Moyen Age est en bois, la corde en lin. Un bon archer tire minimum 12 flèches à la minute et en volées continues pendant des heures. Les pointes de flèches sont adaptées à leur usage : pointue à formes variées et coupantes pour perforer les armures et les cottes de maille, plates et larges pour couper les jarrets des chevaux et les cordes, et mettre à terre les chevaliers, munies d'un réservoir pour y loger un corps enflammé et mettre le feu, etc... Le tir à l’arc se pratique également à la chasse.
Les archers ici sont pacifiques, ils accompagnent les visiteurs désireux d’en « tâter » et pourquoi pas, déclencher chez eux l’envie de pratiquer un sport d’adresse, de concentration et d’équilibre.
Les Archers de la Rose d’Or

Rondes et farandoles

L’homme a toujours dansé. Les représentations les plus lointaines le montrent. Les fêtes constituent la principale occasion de danser, notamment au Moyen Age, lors de la fête du mai. On plante un arbre sur la place du village, on le décore ; danses et jeux s’exécutent alors autour de l’arbre. Les différentes corporations de métiers y viennent exécuter leur danse particulière : bouchers, forgerons, pêcheurs, pelletiers, cordonniers, tisserands, vignerons, laboureurs, soldats et autres. Les danses les plus populaires, la Carole et la Tresque, forment une sorte de chaîne de danseurs et danseuses ouverte ou fermée.
A tout moment et en tout lieu de la journée, les musiciens et danseurs entraîneront petits et grands en rondes ou farandoles sages ou folles.
Facia Fusta et sa Fol Farandole

Les métiers, les artisans

Danser, rire, échanger, commercer lors de fêtes et foires ne doit pas faire oublier le travail d’artisanat, la production nécessaire aux besoins essentiels du quotidien.
Ici forgeron, potier, vannier, chandelier, herboriste, galonnier, couleur d’étain feront partager leur savoir-faire et l’aventure passionnante de la reconstitution des anciens métiers.
CESAMM

Le carrier

Le travail ne manque pas dans une cité médiévale aux constructions audacieuses et massives. Carriers et tailleurs de pierre ont œuvré durant des siècles et de nos jours, il faut restaurer le patrimoine.
Le tailleur de pierre initiera les volontaires à la longue scie pour fendre les blocs de pierre dure ou tendre.
Gérard Bell

Les Gueux

Souvent repoussés à la périphérie des cités, les gueux font partie intégrante de la société et jamais ne manquent à la fête. Ils sont joyeux, farceurs et chapardeurs.

Ici, dans la vénérable cité semuroise, ils ne font pas la manche mais offrent volontiers un bol de bonne soupe de légumes. Ils vont investir une place entière et planter leurs cabanes, parquer leurs animaux et entretenir le feu sous le chaudron.

Pour l’occasion, ils se font également taverniers dans la Géhenne, une des tours du Donjon. On aime s’y retrouver au frais, s’il fait chaud dehors. Mais là, il faut payer son écot.
Les Gueux d’Semur

Le Donjon et son corps de garde

Le donjon de Semur, une des plus redoutables places fortes de Bourgogne appartient à son duc qui en nomme la garnison. De cette glorieuse époque, le donjon a conservé non seulement son imposante structure mais la mémoire de son histoire et ses faits.

Plusieurs activités seront représentées et chacun pourra s’initier et se faire une petite idée sur le sujet de la vie au donjon.
Réaliser sa cote de maille, depuis la fabrication de l’anneau et le montage à sa taille, tous les bons trucs et les astuces ;
S’informer sur l’histoire de la chevalerie, ses ordres, ses pratiques et ses ambitions, les grandes expéditions des croisades ;
Taper le marteau sur l’enclume, réaliser un clou forgé, à conserver en souvenir
Assister à la fabrication d’un couteau médiéval, indispensable à tout moment de la vie civile ou militaire ;
Défier un chevalier à l’épée dans une arène de combat : petits et grands une fois costumés se frotteront au maniement de l’arme et au poids de l’équipement.

Et plus fort encore, enrôlez-vous ! Endossez la tenue du corps de garde du donjon de Semur et patrouillez avec les rondes de surveillance dans la cité. Gare aux voleurs, la tour Prison est toute proche du campement.

Pour des activités féminines plus calmes, initiation au tissage, à la teinture du fil avec ses nombreuses décoctions et réalisation d’une tapisserie. On peut aussi écrire son prénom, son nom à la plume, dans le style gothique.
Médiev’Auxois

Les Troubadours

Trouvères et troubadours se déplacent de château en château pour porter la bonne parole de la musique, de la poésie et cet art que l’on a appelé l’amour courtois.
Aux sons de leurs instruments : luths, flûtes, cormorne, chalémie, percussions, nos trois troubadours, Dame Cousine, sire Battistin et Bouffadour, à la fois jongleur, équilibriste poète et musicien, réussiront à n’en pas douter, à nous séduire et adoucir notre vie qui n’est pas toujours une vie de château !
Les Troubars du Lac

Sonnez trompettes

Au Moyen Age, chaque ville importante a ses propres trompettistes, directement rattachés aux autorités municipales. Ils ne peuvent jouer que dans les cérémonies royales et civiles, ainsi que dans les régiments de cavalerie. Jaloux de leurs privilèges, ces musiciens se regroupent en guildes.
Les vieilles murailles de la cité vont se faire l’écho de ces joyeux appels aux réjouissances depuis la porte Sauvigny jusqu’aux tours du donjon et chacun va devoir se hâter d’être au cœur de l’événement.
Trompettes médiévales d’Altenburg

La musique sacrée à Notre-Dame

Durant le XIIIe siècle, l'École de Notre-Dame de Paris s’impose comme le centre de la création musicale en Europe. Son influence du apparaît dans les principaux manuscrits de cette époque.
Le Livre Vermeil de Montserrat est un recueil de musique médiévale issu d'un manuscrit datant du XIVe siècle, trouvé dans le Monastère Santa Maria de Montserrat, haut lieu de pèlerinage médiéval en Catalogne.
Les mélodies et motets sélectionnés sont contemporains de la construction du chœur de l’église Notre-Dame de Semur. Qui peut rêver d’un meilleur cadre pour se retremper dans l’atmosphère joyeuse et recueillie du XIVe siècle ? D’ailleurs, la musique et le chant sont reproduits de nombreuses fois dans la sculpture figurée et dans les vitraux.
Chœur de l’Ecole de Musique Auxois-Morvan



     


1.Posté par Anne Marie Guévin Gassilloud le 23/05/2011 17:25
Facebook
Les Troubadours

Trouvères et troubadours se déplacent de château en château pour porter la bonne parole de la musique, de la poésie et cet art que l’on a appelé l’amour courtois.
Aux sons de leurs instruments : luths, flûtes, cormorne, chalémie, percussions, nos trois troubadours, Dame Cousine, sire Battistin et Bouffadour, à la fois jongleur, équilibriste poète et musicien, réussiront à n’en pas douter, à nous séduire et adoucir notre vie qui n’est pas toujours une vie de château !
Les Troubars du Lac

2.Posté par Anne Marie Guévin Gassilloud le 23/05/2011 17:27
Facebook
Les Troubadours

Trouvères et troubadours se déplacent de château en château pour porter la bonne parole de la musique, de la poésie et cet art que l’on a appelé l’amour courtois.
Aux sons de leurs instruments : luths, flûtes, cormorne, chalémie, percussions, nos trois troubadours, Dame Cousine, sire Battistin et Bouffadour, à la fois jongleur, équilibriste poète et musicien, réussiront à n’en pas douter, à nous séduire et adoucir notre vie qui n’est pas toujours une vie de château !
Les Troubars du Lac

3.Posté par Association ré-création le 14/05/2012 10:26
Association ré-création
http://re-creation.asso-web.com/66+lectures-musicales.html
05 40 96 03 40 / 06 81 90 01 92

Bonjour,
Nous vous proposons d'accueillir lors de votre manifestation, Philippe Granger, poète troubadour, (http://pgcd.blog4ever.com)
Un artiste dans la filiation de Brassens que des proches du poète lui reconnaissent (voir presse) et ce dans une démarche d'intérêt général.
N'hésitez donc pas à nous contacter bientôt ou à nous indiquer quand vous recontacter.
Dans cette attente et très cordialement,
Le Président
Philippe Lecamus

De la poésie, mais aussi des chansons, de l'humour et du charme au rendez-vous de ces rencontres.

4.Posté par quincey le 25/05/2013 12:19
bonjour pour les costume louée par la mairie ses ou et quand ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter








Inscription à la newsletter




L'urbanisme à Semur-en-Auxois

Le service urbanisme est là pour vous guider et vous orienter dans toutes vos démarches.
Si vous souhaitez faire construire, agrandir ou modifier votre commerce ou votre propriété, n’oubliez pas que vous êtes soumis à un certain nombre de règles et de devoirs.

L'urbanisme à Semur-en-Auxois

Vous trouverez les règlements et les démarches à suivre dans la rubrique "infos pratiques".

Pour vous aider, Stella Gally, chargée du service urbanisme vous accueille tous les jours du lundi au vendredi, de 9h à 12 heures et de 13h30 à 17h30.

Tél : 03 80 97 42 57
Mail : urbanisme@ville-semur-en-auxois.fr

 


Fermeture exceptionnelle du Musée. Réouverture prévisionnelle fin octobre 2017.

Fermeture exceptionnelle du Musée. Réouverture prévisionnelle fin octobre 2017.

Jusqu’en octobre 2017 (date prévisionnelle), le musée sera fermé au public pour travaux de mise aux normes incendie. 

L'occasion de réaliser quelques travaux de peinture et pour l’équipe du musée de travailler sur ses collections et sur la programmation d’exposition 2017-2018.














Galerie